Petit récapitulatif : BlackBerry et les marchés financiers

actualités
Petit récapitulatif : BlackBerry et les marchés financiers

Les dernières actualités de BlackBerry (publications de résultats trimestriels, rumeurs de rachat par Samsung ou Lenovo) mettent régulièrement en avant la présence de la firme canadienne sur les marchés : véritable témoignage de l'anticipation des investisseurs sur l'avenir de la société, il est malheureusement très facile de se perdre dans le méandre d'explications techniques et d'avis en tout genre que les différents sites nous communiquent… sans même parfois les comprendre. Essayons aujourd’hui de prendre ensemble un peu de recul Smiley 

Le NASDAQ

Commençons tout d'abord par une question simple : sur quel marché BlackBerry est-il présent ? Le Nasdaq bien évidemment ! Créé au début des années 70 aux Etats-Unis il s'agit de l'indice mondial de référence pour toutes les sociétés technologiques qui veulent investir au-delà des capacités de leurs "bailleurs" habituels (banquiers et actionnaires historiques ndlr.) et s'internationaliser. Google, Intel, Apple, Cisco, Microsoft, Facebook... tous les mastodontes de l'informatique et du web y sont présents.


C'est donc pour cela qu'il vous sera impossible de boursicoter des actions de la marque sur le CAC40 mais qu'en tant que français il vous faudra passer par des intermédiaires plus ou moins spécialisés comme les fonds d'investissement ou autres asset managers pour acquérir du BlackBerry dans votre portefeuille personnel. A noter que certains produits financiers accessibles plus ou moins facilement par le grand public auprès de leur banque peuvent également vous permettre d'acheter des actions/obligations/titres des marchés Américains en complément des produits historiques (PEA etc..) prévus à cet effet.

BlackBerry dans tout ça ?

Sachez qu'il y a sur le marché (secondaire ndlr.) environ 260 millions d'actions BlackBerry actuellement détenues par différents investisseurs — bon, ok, très précisément 266,843,635 titres, si vous êtes capable de retenir le chiffre par cœur Smiley — dont les principaux sont :

  • Primecap Oyssey Funds (58,290,957 actions)
  • Fairfax Financial Holdings (46,654,700 actions)
  • Toronto Dominion Bank (12,998,781 actions)
  • SAC Capital Advisors (11,241,055 actions)
  • Fidelity Management and Research (8,809,000 actions)


Ce qu’il importe de noter ici est le fait que certaines sociétés (banques, hedge funds etc...) ont même acheté du titre BlackBerry pour leur fond propre en faisant un pari "personnel" sur la hausse à plus ou moins long terme de l'action BlackBerry : c'est par exemple le cas de Fairfax dont on avait beaucoup parlé il y a maintenant plus d'un an. Au total et avec un cours avoisinant les 10 dollars, ce que l'on appelle la capitalisation boursière de BlackBerry (valeur totale des titres en circulation) s'élève à presque 3 milliards de dollars... très loin des géants Apple (environ 700 milliards) ou Microsoft (environ 400 milliards) bien que la comparaison ne soit évidement pas vraiment pertinente.

Les principaux indicateurs qu'observent minutieusement les agents dans leurs différents choix d'investissements mais aussi dans le cas de Blackberry sont ceux qui génèrent à court/moyen terme des flux de revenus (cash-flows principalement, mais aussi le price earning ratio ou même les dividendes) et ceux qui sont susceptibles de le faire à plus long terme (actifs de l'entreprises actualisés, par exemple) ; Les derniers résultats du Q3 étaient d'ailleurs enthousiastes à ce sujet malgré des produits commerciaux vraiment décevants d'où notre appréciation globale plutôt mitigée de la situation. L'impression générale quelque peu attentiste qui en résulte est assez particulière : elle est celle d'une période charnière qui ramènerait soit la société définitivement sur les rails soit l'enliserait à de faibles niveaux de vente. Les volumes totaux échangés sur BlackBerry depuis fin 2013 (voir les chandeliers sur le graphique plus bas) en sont d'ailleurs témoins.

L'évolution depuis 2000

Votre surprise n'en sera pas vraiment une si vous suivez un tant soit peu l'actualité de l'entreprise sur le site des Addicts : il faut bien avouer que BlackBerry a été quelque peu maltraité ces derniers temps sur les marchés. Pourquoi ? A cause de l'offre et de la demande.


Si l'on met de côté les prises de positions malicieuses et autres opération purement financières qui ne sont de fait pas rationnelles au sens néoclassique du terme, le cours d'une action se fixe en fonction des offres d'achats et de ventes des différents acteurs du marché à un instant T. Blackberry publiant de mauvais résultats plusieurs trimestres de suite avec en parallèle une part de marché sur le marché mondial des smartphones qui fond, les investisseurs ont logiquement soldé leurs positions à partir de 2010 - témoignage de leur scepticisme - ce qui a inévitablement tiré le cours du titre à la baisse pour aujourd'hui avoisiner la barre symbolique (les marchés adorent les symboles!) des 10 dollars l'action. Ci-dessous un graphique de l’évolution à très long terme du titre :


On peut tout de même y constater une relative stabilisation du titre à court terme avec le gros des contre-performances majoritairement amorti et pris en compte par les acteurs sur la période 2013-2014. Les premiers chantiers de restructuration entrepris par John Chen lors de son arrivée débouchent lentement mais surement sur une meilleure santé financière (lire "2015 : quelles perspectives pour BlackBerry ?") et envoient des signaux positifs aux investisseurs qui s’intéressent de ce fait à nouveau à l'entreprise. Le changement de cap plus ou moins officiel (recentrage sur B2B + modifications des objectifs B2C) adopté par l'équipe dirigeante canadienne séduit davantage et pourrait laisser entrevoir de futurs bénéfices pour les prochains quarters ( -> hausse demande + anticipations hausse dividende -> argent à se faire -> hausse demande etc...) et donc une remontée des cours à moyen terme.

J'invite pour conclure les plus anglophones d'entre vous à jeter un œil au site Seeking Alpha qui accueille régulièrement des écrits et des papiers d'experts sur l'actualité de BlackBerry : bien que parfois très subjectif et/ou de mauvaise foi concernant certains d'entre eux, il est toujours intéressant en tant qu'addict de connaitre le point de vue de certains professionnels et les données qu'ils ont récoltées pour appuyer leurs avis. Très instructif !

P.S : avez-vous reconnu les 3 films dont j'ai tiré les images ? Smiley

Vous avez aimé cet article ?