La sécurité comme origine du déclin de Blackberry ?

actualités
La sécurité comme origine du déclin de Blackberry ?

Alors que le Web Summit 2014- grande messe du numérique organisée à Dublin - s'est ouvert mardi dernier à Dublin et projette de réunir près de 20.000 personnes dont de nombreuses start-up, spécialistes du e-commerce, grands médias web et autres acteurs du secteur, un intervenant est quelque peu sorti du lot : Stewart Baker. Ancien directeur juridique de la NSA, ce dernier a essayé de jeter un pavé dans la mare quant aux raisons qui, selon lui, ont amorcé le déclin de Blackberry ces dernières années.

Réagissant au fait que les grandes firmes technologiques comme Google ou Apple souhaitent implémenter davantage de chiffrement par défaut dans leurs terminaux et leurs systèmes d'exploitation, Stewart Baker a affirmé qu'il s'agissait-là justement d'une problématique relative à la sécurité des données qui avait en partie expliqué la chute de Blackberry :

LLe département d'État a financé certains de ces outils - comme Tor - qui ont été utilisés dans les révolutions du printemps Arabe ou pour outrepasser les pare-feux Chinois; mais ces "cyber guerres" se sont principalement étendues entre le gouvernement US et les sociétés américaines ... Blackberry a initié ce business model qu'essayent désormais d'adopter Google et Apple - et cela ne s'est pas bien terminé pour Blackberry.

Stewart Baker, Dublin Web Summit, 04/11/2014

Il a expliqué également que Blackberry aurait "limité sa propre capacité à vendre" dans les pays qui cherchent à garder un certain contrôle des données technologiques sur leur sol comme l'Inde, les Émirats Arabes Unis, la Chine ou la Russie; voilà une thèse très originale (dans le sens littéral du terme ndlr.) qui met de côté l'opinion selon laquelle Blackberry n'aurait pas su s'adapter à la concurrence et aux bouleversements du marché quand Apple sortait ses premiers iPhones et Android gagnait de plus en plus de parts de marché.


La déclaration de cet ancien dirigeant de la NSA s'inscrit - il faut le noter - dans un cadre de vive tension entre les grandes agences de renseignements Occidentales et les principaux acteurs technologiques : rappelons que le FBI s'est montré sceptique sur les dernières prises de position de Google/Apple (suivi par Europol) ou bien encore que le GCHQ - espionnage Britannique - a ouvertement critiqué les géants du web en pointant du doigt une possible aide aux terroristes et criminels de tous bords.

? Comment réagissez-vous à ces déclarations ?
? Est-il légitime que ces agences prennent de telles positions ?

Vous avez aimé cet article ?